Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

N° 666-667 août-octobre 2019

ÉTAT ESPAGNOL

Le marais politique

Cf. aussi : [Espagne]

Manuel Gari *

https://flic.kr/p/szCtUP

https://flic.kr/p/szCtUP

« Le manque de signification de la politique dans son ensemble a été confirmé par l’impasse dans laquelle certaines questions politiques particulières sont plongées. » (Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ?)

À l’époque de la dictature franquiste, la maison d’édition Ruedo Ibérico, établie à Paris, a publié un livre de Gerald Brenan intitulé le Labyrinthe espagnol (1). Si l’historien anglais devait penser à un titre décrivant la situation politique de l’État espagnol entre 2015 et 2019, il utiliserait peut-être le terme « marais » pour la décrire. Beaucoup des idées contenues dans l’ouvrage écrit par Brenan, il y a 75 ans, se référant à la fin du XIXe siècle et au premier tiers du XXe, semblent décrire des aspects de la situation actuelle.

Synthèse

Au cours des quatre dernières années, aucun gouvernement n’a pu se consolider dans l’État espagnol, la dette publique continue d’augmenter jusqu’à atteindre presque 100 % du produit intérieur brut (PIB), la politique budgétaire est erratique et l’approbation des budgets généraux de l’État – qui dépendent eux-mêmes de ceux des Communautés autonomes qui assurent la santé et l’éducation – est toujours en situation d’attente, de sorte que l’investissement et les dépenses publiques ne sont pas actualisés. Tout cela rend difficile pour l’État espagnol de se préparer aux effets négatifs que pourraient avoir sur son économie le Brexit, le ralentissement économique très probable qui pourrait se transformer en récession dans des pays comme l’Allemagne ou une nouvelle crise bancaire induite par celle de ce dernier pays ou l’Italie.

Étant donné la structure économique de l’Espagne, les exportations et le tourisme souffriraient suite à de tels événements, et étant donné que la demande intérieure ne se redresse pas suite à la baisse de la masse salariale consécutive à des années de politiques d’austérité antisociale, on ne peut exclure de graves problèmes économiques qui, selon les rapports de forces actuels entre classes sociales, la faiblesse politique de la gauche et l’absence de mobilisations syndicales, ne pourraient conduire qu’à des régressions sociales. Dans ce panorama désolé, il y a des lueurs d’espoir dans les actions du mouvement féministe, la mobilisation étudiante inédite pour la défense du climat et de la vie portée par la « génération Greta » et quelques luttes ouvrières isolées.

À nouveau des élections

Ces derniers mois, depuis les élections législatives du 28 avril 2018, l’avant-scène politique a été occupée par les combinaisons du rapprochement et de l’éloignement entre le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et Unidas Podemos, UP (2). Ni les uns ni les autres n’ont débattu d’un programme de gouvernement, au contraire, toute la bataille s’est concentrée sur la composition du gouvernement. Le PSOE et les organisations patronales ne voulaient pas que Unidas Podemos fasse partie de l’exécutif, et Unidas Podemos a fondé toute sa stratégie actuelle (et future) sur son entrée dans le gouvernement, démontrant ce que le professeur de droit constitutionnel Javier Pérez Royo décrit comme une « anxiété à gouverner ».

Mais, en même temps, le PSOE avait besoin des votes de UP pour obtenir au Parlement l’investiture de Pedro Sánchez comme président du gouvernement. Et la bataille n’a pas porté sur le contenu des propositions et des projets, mais sur le discours à développer dans les médias et les réseaux sociaux. Les deux partis ont oublié les besoins de la majorité de la société et se sont consacrés à parler d’eux-mêmes. Si l’obsession de Unidas Podemos était d’obtenir des ministères, celle de Pedro Sánchez était et est de trouver la meilleure formule pour détruire Podemos ou au moins le neutraliser, non pas tant à cause de ce qu’il est vraiment, mais à cause de ce qu’il représente dans l’imaginaire collectif. Le véritable terrain de jeu n’a pas été celui occupés par des équipes de négociation mais les deux formations ont fait leur celui des médias et des réseaux sociaux pour voir qui allait imposer son « récit ».

L’ensemble du spectre politique de la gauche et de la droite a fait montre de platitude, d’enfantillage et de sectarisme, ce qui a abouti à lasser de larges secteurs de l’électorat, mais ce qui a aussi contribué au fait que l’ensemble des citoyens et citoyennes dont les problèmes réels ne sont pas traités s’éloignent encore plus de la nouvelle « caste » politique. En même temps, des réflexes intolérants et antidémocratiques apparaissent dans le champ de la droite et de l’extrême droite contre la gauche et le féminisme, et s’affirme une grande déception – qui peut conduire à une abstention électorale – dans des secteurs importants de la base sociale de la gauche.

La télévision et la presse ont saturé leurs journaux avec les formules utilisées par les uns et les autres dans ce conflit politique, ce qui a monopolisé l’attention des citoyens jusqu’à saturation. En effet, la thèse de Pierre Bourdieu – publiée dans les Actes de la recherche, 1988, intitulée Penser la politique – est devenue une réalité ces derniers mois. Bourdieu y a écrit : « Nous vivons immergés dans la politique. Nous baignons dans le flot immuable et changeant du bavardage quotidien sur les chances et les mérites comparés de candidats interchangeables. » Comme preuve de l’ampleur du détournement du débat politique, l’essentiel a tourné autour de la question de savoir qui est à blâmer pour devoir refaire des élections. Si le débat politique a été remplacé par ce piège et si les idées n’ont pas été présentes, il faut dire que l’action politique des partis a été remplacée par la voix unique et l’omniprésence des leaders dans un exercice d’hyper-leadership qui non seulement mine la démocratie interne des formations, mais établit aussi une relation directe du « leader » (tous des hommes) avec le peuple, sans médiation, autour de questions simplistes : gouvernement de coalition oui ou non ; je fais ou ne fais plus confiance à un dirigeant ; cela sans qu’il existe une réflexion plus approfondie. Le « débat » sur la formation d’un nouveau gouvernement a été un spectacle ennuyeux oscillant entre le déplorable et le grotesque.

Plus qu’un problème gouvernemental

L’échec de Pedro Sánchez, secrétaire général du PSOE, à former un gouvernement et le fait de devoir convoquer de nouvelles élections législatives pour le 10 novembre – après quatre années au cours desquelles plusieurs élections ont eu lieu sans parvenir à une stabilité gouvernementale – reflète la stagnation politique et institutionnelle que connaît l’État espagnol. Le régime post-franquiste de la Constitution de 1978 n’a pas encore résolu sa crise fondamentale, notamment en raison de la persistance et de l’importance des revendications nationales de la Catalogne.

Cette crise est aggravée par la fin du bipartisme qui a assuré le changement « ordonné » de gouvernement entre un parti social-libéral (PSOE) et un parti néolibéral de droite (le Partido Popular, PP) dans ce qui a été appelé le « turnismo » (3). Ce bipartisme a été changé à l’échelle de l’État espagnol dans son ensemble – le cas de la Catalogne, de l’Euskadi et de la Galice est différent – par l’existence de deux blocs : d’une part, un bloc « progressiste » configuré par le PSOE et les « forces du changement » (Unidas Podemos et leurs alliances dans les nations) et, d’autre part, l’action conjointe des trois droites (PP, Ciudadanos (Cs) et Vox, le parti nostalgique du national-catholicisme.

La situation est aussi une démonstration de « l’épuisement » des matériaux avec lesquels s’est construite l’architecture politique convenue entre les franquistes et les partis ouvriers majoritaires [PCE et PSOE] en 1978, c’est-à-dire de l’obsolescence d’une Constitution qui consacre le rôle de la figure antidémocratique du roi, le rôle de l’armée garante de l’unité « nationale » imposée et de l’ordre constitutionnel, incluant la propriété privée comme principe directeur ainsi que le rôle privilégié de l’enseignement de l’Église catholique, subventionnée par l’État et exonérée du paiement des impôts.

La crise de la gauche

Ce qui a été décrit montre aussi la fin du cycle politique ouvert après les mobilisations du 15M (les Indigné·es du 15 mai 2011) et l’épuisement comme forces de changement de Podemos et des forces apparentées qui ont fait du « gouvernementalisme » leur raison d’être. Cela s’accompagne d’une renonciation à promouvoir un processus destituant qui aboutisse à une rupture démocratique avec le régime de 1978 et ouvre l’horizon d’un nouveau processus constituant. Malgré le rôle du PSOE comme garant de la monarchie et du régime de réforme de 1978 et son refus de reconnaître le droit à l’autodétermination des peuples des nations sans État ou son soutien aux traités et aux politiques d’austérité de l’Union européenne, Unidas Podemos lui a offert un « passeport » de gauche et le profil d’une force du changement. Et, de plus, ce qui est fort ridicule de la part de Pablo Iglesias : sa demande adressée au roi qui joue le rôle de médiateur avec le PSOE afin de former un gouvernement de coalition ; ou encore, ce qui est dramatique, que Unidas Podemos assure au PSOE qu’il respecterait les décisions du PSOE sur la Catalogne.

Synthèse

Je ne parle pas du droit de Podemos d’entrer au gouvernement espagnol, mais je souligne que gouverner aux côtés d’un parti social-libéral est incompatible avec le rôle d’une force transformatrice. Les questions que beaucoup d’entre nous se sont posées sont claires : accepteriez-vous de nouveaux mémorandums de la Troïka, ou l’application de l’article 155 de la Constitution qui suspend les fonctions du gouvernement autonome catalan, ou encore toute décision de guerre de l’OTAN ?

Ce co-gouvernement serait destructeur pour la gauche et le mouvement social, et il affaiblirait peut-être jusqu’à l’extrême un Podemos étouffé par l’étreinte d’un ours. C’est pourquoi nous avons proposé de faire obstacle à la droite par le biais d’un accord d’UP avec le PSOE, sur certains points du programme, en procédant ensuite au contrôle du respect de ces engagements, et d’une opposition au Parlement sur les autres questions.

Cela n’a pas été le cas parce que Unidas Podemos a favorisé dans certains secteurs de son électorat l’illusion trompeuse des eurocommunistes espagnols – depuis que Santiago Carrillo était secrétaire général (1960-1982) du Parti communiste espagnol (PCE) – selon laquelle la seule façon pour la gauche d’avancer est de participer aux gouvernements en oubliant ce qui a été approuvé dans les deux congrès tenus par le parti issu du 15M, chercher à promouvoir une alternative au régime. Et ce qui est de même très grave : comme dans les moments précédents de l’histoire, les adversaires internes (au sein de UP) sont marginalisés ou expulsés, ce qui a produit une absence de pluralité au sein des organisations.

Podemos et la plupart des organisations qui ont vu le jour après le 15M ont changé de nature. Elles ne sont plus des forces qui contestent le système et le régime, elles ne pratiquent plus la démocratie interne, puisqu’il n’y a plus d’espaces de délibération en leur sein, ni de décisions prises par les organes élus. Les référendums organisés ne sont pas des exercices démocratiques, mais de simples actes de soutien plébiscitaire aux décisions prises par un petit nombre de personnes. Toutefois, malgré la perte systématique de voix, elles conservent un important électorat qui les soutient, parce qu’il y a encore un secteur de la gauche qui ne veut pas avoir à choisir entre voter pour le PSOE ou s’abstenir.

En ce moment, l’espace politique de gauche à gauche du PSOE connaît un profond remue-ménage et peut-être même une réorganisation à l’approche des élections législatives du 10 novembre. D’une part, il y a une profonde division au sein du PCE et de l’IU (Izquierda Unida) sur les relations avec Podemos, oscillant entre des secteurs qui exigent plus d’autonomie, de visibilité et de respect face à l’arrogance des dirigeants de Podemos qui monopolisent les décisions et l’apparition publique et, d’autre part, à l’opposé, des secteurs qui cherchent vraiment à dissoudre leurs organisations au sein d’un Podemos, aujourd’hui dirigé par des anciens membres du PCE lui-même ou de sa jeunesse. Ils n’ont pas fondé Podemos mais ont « débarqué » immédiatement dans cette direction, cooptés par Iglesias qui, simultanément, rompait avec une partie des fondateurs de Podemos.

Dans le même temps, les députés catalans liés à Ada Colau (la maire de Barcelone) ont montré leurs différences quant à l’orientation adoptée par Podemos lors des négociations pour l’investiture de Pedro Sánchez comme président du gouvernement. En outre, au sein même de Podemos, qui maintient une organisation très affaiblie, se manifeste un mécontentement des dirigeants territoriaux qui ont vu leur force électorale diminuer après les élections du 26 mai 2019 dans les municipalités et les régions autonomes, et lors des élections européennes dont le résultat fut encore pire que celui obtenu un mois auparavant lors des élections législatives du 28 avril 2019.

Mais quelque chose de plus important est en train de se produire et pourrait aboutir – si ça se concrétise finalement – à un changement de l’éventail des votes de la gauche réside : la présentation éventuelle d’une nouvelle option politico-organisationnelle dirigée par Iñigo Errejón, ancien numéro 2 de Podemos.

Synthèse

Il y a en même temps une évolution au sein d’Adelante Andalucía – la coalition de Podemos et d’IU avec les partis andalous pour les élections autonomes, menée par Teresa Rodríguez, militante d’Anticapitalistas, et qui a obtenu les meilleurs résultats parmi ceux recueillis par Unidas Podemos dans l’État espagnol : des voix évoquent la nécessité pour les élections générales du 10 novembre de présenter dans les huit provinces de l’Andalousie une liste Adelante Andalucia et de former son propre groupe parlementaire qui collabore et se coordonne avec la gauche dans une complète autonomie politique. Si ce dernier point est confirmé, cela signifierait l’émergence d’une force au niveau de l’État à gauche de Podemos, mais en même temps plus unitaire et avec un plus grand pluralisme interne. Elle pourrait servir de référence future pour le reste de l’État espagnol. Mais il est encore trop tôt pour savoir ce qui va se passer parce qu’il y a un secteur d’IU qui s’y oppose et qu’il y a beaucoup de difficultés juridiques et économiques qu’Adelante Andalucia devrait surmonter pour faire ce saut vers la politique étatique (4).

22 septembre 2019

* Manuel Gari collabore à la revue Viento Sur et milite dans les rangs de Anticapitalistas (section de la Quatrième Internationale dans l’État espagnol). Cet article a été écrit pour la revue suisse en ligne À l’Encontre, traduit de l’espagnol et publié par la revue le 23 septembre 2019 (http://alencontre.org/europe/espagne/le-marais-politique-espagnol.html).

Notes

1. Livre publié en 1943 par Cambridge University Press, qui a eu un impact important sur les rangs de l’anti-franquisme en termes de constitution de la compréhension de l’histoire de l’État espagnol au cours du XIXe siècle et du premier tiers du XXe siècle. C’est un travail solide, bien que ses thèses soient très discutables d’un point de vue marxiste.

2. Unidad Popular est une alliance entre Izquierda Unida et Podemos conjointement à des représentant·e·s de forces qualifiées de « convergentes » avec des alliances passées par les deux partis en Galice et en Catalogne.

3. Turnismo : deux partis prennent chacun, à leur tour, la direction du gouvernement, ce qui renvoie à une vieille tradition de l’époque de la Restauration au XIXe siècle, où les libéraux opéraient de la sorte.

4. En fin de compte, Adelante Andalucia ne tente pas ce saut vers la politique étatique le 10 novembre.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta