14 internautes connectés actuellement.

  

   Par sujets   Par numéros   Rouge de A à Z

rouge

Mercredi 14 avril 2021.

Qui sommes-nous ?

inprecor

NPA

Photothèque Rouge

critique communiste


Lien à utiliser pour référencer cet article : http://www.rouge-hebdo.fr/article-rouge?id=9327

Une de Rouge

Lire aussi

La semaine

PLATEFORME A

Et maintenant, le NPA !

Rouge2286, 12/02/2009

Les deux plateformes en présence au 18e Congrès de la LCR tirent le bilan des débats qui ont traversé l’organisation à propos de sa dissolution.

La-Plaine-Saint-Denis, jeudi 5 février 2009. Après 40 ans d’existence, la LCR a voté sa dissolution. Photothèque Rouge/Franck Houlgatte

La-Plaine-Saint-Denis, jeudi 5 février 2009. Après 40 ans d’existence, la LCR a voté sa dissolution. Photothèque Rouge/Franck Houlgatte

Le congrès de dissolution de la LCR, jeudi 5 février, marque l’aboutissement d’un processus de plus de dix-huit mois. Disons le franchement, c’est avec une certaine fierté devant le chemin parcouru, et avec beaucoup d’enthousiasme, que nous avons tourné la page de la LCR.

Engagé par l’appel de la direction nationale de la LCR, en juin 2007, le projet de fondation d’un nouveau parti anticapitaliste a connu un coup d’accélérateur lors du congrès de la LCR de janvier 2008. Il y a un an, sur la base de premières expériences concluantes, une LCR rassemblée obtenait plus de 82 % pour lancer toutes ses forces dans la bataille du NPA. Pour la première fois, nous fixions un calendrier pour la fondation de ce nouveau parti, fin 2008 ou début 2009. Nous lancions alors un processus irréversible, devant amener à la disparition de la LCR. Un choix audacieux, certes, parfois contesté mais qui, dans les faits, allait être validé par la réussite du processus enclenché.

Le développement de nombreux comités, tout au long du premier semestre 2008, avec une nette accélération à l’issue des élections municipales, était une première étape. Le succès de la réunion de juin, la mise en place d’une équipe d’animation provisoire permettaient de faire basculer progressivement l’activité politique de nos militants de la LCR vers le NPA.

Dans la dernière année, nous avons poursuivi la démarche de rassemblement de la LCR, entamée au dernier congrès. La plateforme que nous présentions à ce congrès a su intégrer une des deux tendances minoritaires du précédent congrès. Rassembler à l’intérieur de la Ligue, pour être mieux à même de rassembler à l’extérieur, telle a été notre ligne de conduite. Mais, surtout, la dynamique de développement du NPA, lors de ces derniers mois, les forces d’ores et déjà accumulées en ce début 2009, ont démontré le bien-fondé de l’orientation que nous avons menée. Avec près de 87 % des voix à ce congrès, le pari du rassemblement de la LCR était de nouveau réussi, à des niveaux sans précédent dans l’histoire de notre organisation.

Symboliquement, nous avons choisi Alain Krivine comme rapporteur de notre texte. Le NPA, ce n’est pas la continuité de la LCR, mais ce n’est pas sa négation non plus. C’est une autre manière de poursuivre le combat que nous menons parfois depuis plusieurs dizaines d’années. Nous avons fait le choix responsable de préserver notre outil international, la IV, sans tenter de faire porter notre histoire par le NPA (lire page 7). Enfin, il faut le noter, c’est à l’unanimité que nous avons voté les éléments permettant de transmettre au NPA le « capital » accumulé par la LCR.

Soudés par notre bilan, et surtout les perspectives à venir, c’est avec une grande sérénité que nous avons abordé ce congrès malgré, parfois, les tentatives de dramatisation outrancières qui, en réalité, traduisaient surtout une certaine extériorité vis-à-vis du processus fondateur. La tenue de ce congrès, l’ambiance qui traversait la salle préfiguraient déjà le sérieux et le succès du congrès du NPA à venir. 

Guillaume Liégard

Rouge2286, 12/02/2009

© Rouge, hebdomadaire de la LCR | Contact | Votre avis | RSS | Réalisation Orta