12 internautes connectés actuellement.

  

   Par sujets   Par numéros   Rouge de A à Z

rouge

Mercredi 14 avril 2021.

Qui sommes-nous ?

inprecor

NPA

Photothèque Rouge

critique communiste


Lien à utiliser pour référencer cet article : http://www.rouge-hebdo.fr/article-rouge?id=9328

Une de Rouge

Lire aussi

La semaine

PLATEFORME B

Mauvais final, mauvais départ

Rouge2286, 12/02/2009

Les deux plateformes en présence au 18e Congrès de la LCR tirent le bilan des débats qui ont traversé l’organisation à propos de sa dissolution.

Photothèque Rouge/Franck Houlgatte

Photothèque Rouge/Franck Houlgatte

La LCR s’est donc fondue dans le Nouveau Parti anticapitaliste. Peut-on, pour autant, parler d’un véritablement dépassement ? Tant le congrès de dissolution de la Ligue, que celui du NPA, ne permettent pas de répondre par l’affirmative.

Certes, le nouveau parti compte trois fois plus d’adhérents que l’ex-LCR. Mais, pour que cette dernière ne se contente pas d’une métamorphose, il aurait fallu que deux conditions soient réunies. D’abord, qu’elle se mette au clair sur les acquis à partir desquels elle entendait contribuer aux débats dans le NPA : nécessité d’un combat pour un syndicalisme unitaire et de classe, importance cruciale du combat pour l’unité de la classe des travailleurs, définition d’un socialisme s’écartant radicalement de sa monstrueuse caricature totalitaire au cours du xxe siècle, caractère nodal de la démocratie au sein du parti… Ensuite, qu’elle s’accorde sur le message d’ouverture qu’elle entendait porter auprès des adhérents du NPA, afin que celui-ci, loin de tout triomphalisme, devienne au plus vite une formation pluraliste, se voulant non une fin en soi mais un premier pas vers un grand parti rassembleur de toute la gauche anticapitaliste, seul à même de porter dans l’avenir une alternative crédible de rupture avec le système.

Un congrès bâclé, presque expédié à la sauvette dans une ambiance morose, et au cours duquel la préoccupation essentielle de la direction majoritaire fut de dénoncer avec violence sa minorité, ne l’aura pas permis. L’ex-LCR reste aujourd’hui l’unique composante nationale du NPA, le plus significatif des petits groupes d’extrême gauche qui s’en étaient rapprochés n’y ayant finalement pas trouvé sa place. Bien que le nouveau parti excède largement la réalité de l’ex-Ligue, le noyau de la direction de celle-ci sera la force structurante des nouvelles instances dirigeantes. Et, parce que la majorité de la LCR s’est refusée à organiser en toute transparence les militants de la IVe Internationale dans une association spécifique, le NPA va même devoir bricoler, dans la plus complète ambiguïté, la pérennité des liens qui étaient ceux de la LCR avec cette dernière.

De ce fait, au final et sous l’impulsion de la majorité de direction de l’ex-LCR, le congrès du NPA aura pris deux décisions qui pèseront lourd sur l’avenir du parti. Il aura d’une part presque fermé la porte à la proposition d’un front de gauche unitaire aux élections européennes, qui pourrait pourtant offrir un début de répondant anticapitaliste crédible à la colère sociale et de prolonger le « non » populaire de 2005 à l’Europe libérale. Il aura ensuite violé les statuts qu’il venait d’adopter et qui auraient dû conduire à représenter les partisans de l’unité des forces anticapitalistes auxdites européennes proportionnellement à leur influence (un délégué sur six au congrès). Au mépris de toute considération démocratique, le « bureau de congrès » se sera octroyé le droit discrétionnaire de sélectionner lui-même treize candidats parmi les 26 que la sensibilité unitaire avait légitimement présentés en respectant les critères voulus, ce qui permit d’en éliminer treize autres, membres et non membres de l’ex-LCR, parmi lesquels quatre des six membres sortants du CAN provisoire (seuls de cette instance à ne pas se retrouver au nouveau CPN).

Ces pratiques d’un autre âge, conjuguées à la tentation d’un repli (voire d’une ignorance néfaste des fractures qui traversent la gauche), sont un bien mauvais départ pour le nouveau parti. Celles et ceux qui ont jusqu’au bout agi sur une ligne d’ouverture, parvenant d’ailleurs à polariser les débats du NPA, auront à cœur de poursuivre leur combat. 

Alain Faradji, Christian Picquet, Francis Sitel

Rouge2286, 12/02/2009

© Rouge, hebdomadaire de la LCR | Contact | Votre avis | RSS | Réalisation Orta