logo-inprecor

Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale

 

Politique

N° 526-527 avril-mai 2007 *

KENYA

Bunge la Mwananchi victime de la répression

Cf. aussi : [Kenya]

Le 10 mars 2007, soit moins de deux mois après le départ des "touristes" du Forum social mondial (FSM), le Parlement du peuple (Bunge la Mwananchi) a été victime des autorités de Nairobi. Ses membres, présents au Jeevanjee Gardens, ont subi un assaut de la police qui voulait les en déloger, sous prétexte de fermeture du parc pour travaux de réfection, programmés par la municipalité de Nairobi de concert avec l'agence locale des Nations unies pour l'habitat. Cinq d'entre eux et elles ont été blessé-e-s et 56 arrêté-e-s. Jugés quelques jours après, ils ont été libéré-e-s sous caution, grâce à la solidarité locale et internationale dont ils ont immédiatement bénéficié.

Déterminé à défendre le droit d'accès à ce site, lieu de ses délibérations depuis quinze ans et à obtenir l'arrêt définitif des poursuites judiciaires contre ses membres appelé-e-s à comparaître de nouveau le 19 avril, Bunge la Mwananchi a organisé une manifestation dans les rues de Nairobi, le mercredi 21 mars, malgré l'interdiction de la police.

Cet acte répressif semble exprimer non seulement la volonté de revanche du ministre de l'intérieur, John Michuki – dont le stand de restauration au FSM avait été la cible d'une action de Bunge la Mwananchi –, mais aussi celle du gouvernement néocolonial du Kenya, très engagé dans les réformes néolibérales et la servilité à l'égard du projet impérial militaro-pétrolier des États-Unis en Afrique orientale.

Il s'agit de mettre un terme à toute expression populaire anticapitaliste. Mais, la tentative de museler, avec l'aide de certains membres kenyans et non kenyans du comité d'organisation du FSM de Nairobi (1), l'expression de la radicalité altermondialiste kenyane a une fois de plus échoué…

Notes

1. Dans un texte intitulé « Critical Reflections on WSF Nairobi 2007» (Réflexions critiques sur le FSM de Nairobi 2007), daté du 19 mars 2007, le professeur Onyango Oloo, coordinateur du Forum social du Kenya et membre du comité d'organisation de cette édition du FSM, révèle tardivement les compromissions et la condescendance permanentes de ses collègues dudit comité à l'égard de l'altermondialisme radical.