Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Notes de lectures

N° 523-524 janvier 2007 *

MÉMOIRES D' EMPIRE

La controverse autour du « fait colonial »

Cf. aussi : [Colonialisme]

Didier Epsztajn

* Romain Bertrand, Mémoires d' empire, Éditions du croquant, Bellecombe en Bauges 2006, 219 pages, 18,5 euros.

** Sadri Khiari, Pour une politique de la racaille, Textuel-La discorde, Paris 2006, 174 pages, 17 euros.

*** Contre temps n° 16 : Postcolonialisme et immigration, Textuel, Paris 2006, 19 euros.

Le livre de Romain Bertrand revient sur le fait colonial tel qu' il s' est inscrit dans les débats autour de la « loi de février 2005 » puis de l' appel « des indigènes de la république ». Travail remarquable sur les discours, les mémoires et l' histoire, les inscriptions dans le champ politique, cet ouvrage parcourt le nouvel espace de débats où la « question (post)coloniale » tend à éluder la « question sociale ».

Les uns glorifient la colonisation en scindant l' histoire en violence inaugurale et malheureuse et en progrès de la civilisation sous la bannière de la république, sans traiter des rapports économiques et sociaux et de leurs violences spécifiques, dont l' inégalité citoyenne. L' auteur nous montre comment est inventée une politique de la mémoire, étudie les rapports entre clientélisme et conviction, explicite la levée du verrou anti-OAS dans le parti se réclamant du gaullisme, analyse les politiques dites de repentance.

Les autres présentent une continuité des oppressions de manière anachronique qui de surcroît nie à la fois la spécification de l' oppression coloniale et les réalités actuelles des discriminations : « c' est finalement se dispenser à bon compte de penser, dans le renouvellement permanent de leur fonctionnalité sociale, les fabrications contemporaines des racismes ordinaires ».

Il ne s' agit bien évidemment pas de renvoyer dos à dos les uns et les autres dans une responsabilité partagée mais de montrer comment les discours participent à des reconstructions mythiques du passé et à leurs projections linéaires dans le présent.

R. Bertrand déconstruit la naissance du regard politique sur le tort républicain, « cette mise en relation du passé colonial et du présent politique s' effectue par le biais d' une équivalence historiquement problématique, mais transformée en évidence indiscutable par sa réitération : celle qui établit une stricte équivalence, au regard de la constitution d' un tort républicain primordial, entre les colonisés d' hier et l' immigration discriminée d' aujourd' hui. » Avant d' analyser en détail l' appel des « indigènes de la république ».

Un chapitre sera consacré aux conséquences juridiques de la loi du 21 mai 2001 caractérisant la traite et l' esclavage comme un crime contre l' humanité. Ainsi Olivier Pétré Grenouilleau, auteur des « Traites négrières » sera assigné en justice pour contestation de crimes contre l' humanité, pour « avoir rappelé ce que des décennies de recherches africanistes ont démontré, à savoir la participation de royaumes et de réseaux africains et/ou musulmans aux systèmes de la mise en esclavage (Pap N' Diaye) ». J' espère pouvoir revenir sur cet ouvrage dans un prochain numéro d' Inprecor.

Pour R. Bertrand, dont je partage les conclusions, la définition « ethnique » d' identités victimaires tendant à se substituer à la définition sociale d' identités politiques est une régression qui permet entre autres de repousser les frontières de l' indicible. Pour modifier les conditions qui ont rendu « probable le propos que l' on croyait impossible » il me semble utile de poursuivre et approfondir les débats entre recherches historiques et politiques de la mémoire, de prendre en compte les points de vue du genre et des opprimés ou des vaincus dans la construction d' une histoire à vocation scientifique et universelle. De plus, je pense qu' il faut aujourd' hui réfléchir aux modalités d' abrogation de toutes les lois dites mémorielles, y compris la Loi Gayssot.

Sur les positions défendues par « les indigènes de la république », je renvoie, au-delà des désaccords profonds, à deux ouvrages porteurs de riches argumentations et réflexions, l' un de Sadri Khiari et l' autre de la revue Contretemps (numéro de janvier 2006).

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta